Catégorie : Mobilisation nationale

Communiqué de François Hommeril

Bien chers collègues,

Le rendez-vous de Matignon ce vendredi a été sans surprise: décevant et inutile. Le premier ministre nous a demandé comment nous envisagions cette désormais fameuse “conférence du financement”. Une occasion pour nous de redire que la question de l’équilibre était au cœur de nos préoccupations dès le début du processus de concertation, expliquant nos questions sur les problématiques d’assiette (8 à 3 plafonds) entre autre. Nous avons rappelé qu’aborder (enfin !) la question de l’impact de la réforme sur les structures financières et sur les différentes catégories arrivait trop tard et ne pouvait raisonnablement pas se faire alors que le projet de loi était désormais écrit. Raison pour laquelle nous demandons toujours l’ajournement ou la retrait du projet.

Le projet de loi, désormais public, est en cours d’analyses et nous en publierons en interne les éléments clés dans le courant de la semaine prochaine pour éclairer les débats du comité directeur du 20 janvier qui sera quasi intégralement consacré au sujet des retraites.

La manifestation de jeudi 9 a été un succès. La CFE-CGC a été bien bien représentée et notre parole reprise dans les médias. Dans toutes les régions, nos drapeaux étaient présents et bien visibles. C’est l’occasion pour moi de remercier l’ensemble des militants et avec eux nos fédérations et nos unions territoriales pour le travail effectué sur le terrain. Partout, notre présence à ce niveau est ressentie par nos partenaires de l’intersyndicale comme un gage de solidité et de crédibilité du mouvement.

L’intersyndicale s’est réunie hier soir en fin de journée après la manifestation. Nous étions présent à cette réunion qui s’est terminé tard et à produit un communiqué dont nous sommes signataires. A sa lecture le dernier paragraphe faisant référence à la poursuite du mouvement la semaine prochaine apparaît équivoque, ce qui est le propre des synthèses parfois difficiles à élaborer. Ce qu’il faut comprendre pour la CFE-CGC est ceci: Aucune réponse n’a été apportée par le gouvernement au demandes et aux questions portées par le mouvement social (grèves et manifestations), la mobilisation continue et la CFE-CGC reste dans le l’intersyndicale. Ce mouvement ne doit pas faire de “pause” au risque de couper le fil de la motivation, raison pour laquelle 3 dates ont été posées sans préjudice de la forme de mobilisation qui sera retenue. L’intersyndicale se réunira de nouveau après la manifestation de samedi 11. Nous avons informé les organisations participant avec nous à l’intersyndicale que la CFE-CGC serait représentée, même symboliquement, la semaine prochaine et que nous nous en remettions à une décision de nos instances en vue d’une mobilisation plus générale qui pourrait être décidée la semaine du 20 au 24 janvier.

Je demande donc au unions territoriales de rester mobilisées et à disposition des militants qui solliciteront le soutien de nos structures.

Nous vivons un moment important, de ceux qui marquent une époque. Nul ne sait comment le conflit se dénouera et quelles en seront les conséquences. Il restera pour la CFE-CGC une grande fierté d’avoir été à la hauteur des enjeux: sur le terrain, dans ses positions, dans les média.

Bonne fin de semaine à toutes et à tous.

François Hommeril

Mobilisation du 17 décembre – Nos sections sur le terrain

acteurs santé

Cette journée initialement destinée à soutenir l’hôpital public a rassemblé toutes les organisations syndicales contre le projet de réforme des retraites dans sa présentation actuelle.

Nos sections étaient sur le terrain pour ces deux causes.

La section de Troyes a participé à la manifestation

La section de mantes-la-Jolie mobilisée

Excellente idée, la façade du CH de Mantes-la-Jolie appelle au secours

Retraites : la cfe-cgc se joindra à la mobilisation du 5 décembre

Projet de réforme des retraites : résolution CFE-CGC adoptée à l’unanimité du comité confédéral du 21 novembre 2019. 

La CFE-CGC rappelle que cette réforme est uniquement politique et inutile sur le plan économique. Derrière un slogan qui pourrait donner l’illusion d’une recherche d’équité (« un euro cotisé génère les mêmes droits »), se cache une réforme exclusivement financière dont le seul objet est de diminuer le poids des retraites, considéré comme une dépense publique.

Elle ne vise qu’à :
– Permettre à l’État de mettre la main sur les réserves accumulées par les régimes complémentaires et notamment AGIRC-ARCCO.
– Mettre à bas le principe de solidarité et de répartition, socle de notre pacte social, pour tendre vers un système privilégiant le principe de capitalisation.

Pour atteindre ce but, le gouvernement cherche à opposer les Français entre eux, cotisants aux différents régimes, méthode malsaine et particulièrement dangereuse dans le climat social actuel.

Cependant, fidèle à ses valeurs, dans un cadre paritaire respectant les principes de solidarité et de répartition, sans étatisation, la CFE-CGC serait prête à négocier afin de rechercher les voies et moyens d’amélioration de nos différents régimes de retraites, dans l’intérêt de tous.

La CFE-CGC appelle le gouvernement à la raison et à la négociation.

Pour marquer son opposition au projet de réforme, la Confédération se joindra à la manifestation du 5 décembre prochain, et invite chaque fédération de la CFE-CGC à considérer les modalités selon lesquelles elles souhaitent se mobiliser, ou non, pour cette journée.

Acteurs Santé laisse toute latitude à ses sections de s’inscrire à la manifestation du 5 décembre ou d’organiser des actions localement.

14 novembre – préavis de grève et communiqué de presse

Communiqué de presse, ici en pdf

Le gouvernement refuse de prendre en compte les besoins des hôpitaux et des EHPAD dans le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2020 cette décision mène à une véritable et inévitable catastrophe sanitaire.

Le syndicat “Acteurs Santé CFE-CGC service public ” témoigne de son soutien inconditionnel à tous les personnels en lutte, aux collectifs (Collectif Inter Urgences, Collectif Inter Hôpitaux, Collectif inter-blocs), au printemps de la psychiatrie… Ces luttes sont nôtres mais également celles des usagers qui ont besoin d’un service public hospitalier et d’EHPAD (Établissement d’hébergement de personnes âgées dépendantes) publics répondant à leurs besoins. Cela passe inévitablement par l’arrêt des fermetures de lits, de services, d’établissements et SMUR ainsi qu’une augmentation des embauches de personnels et une revalorisation des métiers et des salaires qui les rendraient plus attractifs.

Acteurs Santé est partie prenante de la journée d’action du 14 novembre. Nous appelons nos sections, nos adhérents, nos sympathisants et toutes celles et ceux qui veulent défendre les établissements de santé du secteur public à participer à la manifestation parisienne et aux actions locales.

Nous devons faire entendre la voix des Français et des professionnels de santé de l’hôpital public, tous fervents défenseurs du maintien des services publics hospitaliers de qualité sur l’ensemble du territoire national.

N. DUCOUDARD
Présidente Acteurs Santé CFE-CGC

Notre préavis de grève nationale ici en pdf

Objet : préavis de grève

Madame la Ministre,

Saint-Dié-des-Vosges, le 1er novembre 2019

Madame la Ministre des solidarités et de la santé 14, avenue Duquesnes
75350 Paris

Par la présente et conformément à l’article L2511-1, L2512-1 du Code du travail, notre syndicat Acteurs Santé vous notifie un préavis de grève.

Le mouvement de protestation concerne l’ensemble des personnels médicaux et non médicaux de l’ensemble des hôpitaux, des EHPAD, des établissements publics ou affiliés au service public.

Ce mouvement débutera le 14 novembre à 00h00 et prendra fin le même jour à minuit. Nous tenons à souligner que le mouvement de grève est une des expressions de nos actions qui seront menées localement.

Nous apportons notre soutien à l’ensemble des collectifs dénonçant les conditions d’exercice de plus en plus précaires.

Par ces actions, nous souhaitons attirer votre attention sur les inquiétudes suivantes :

– les conditions de travail dégradées de l’ensemble des professionnels ;

– l’équilibre vie privée et vie professionnelle ;

– les temps partiels comme variable d’ajustement des plannings en raison d’un absentéisme croissant ;

– le nombres d’heures supplémentaires témoignant de l’épuisement des professionnels ;

– l’absence de concertation sur les grands sujets et enjeux de santé (le plan santé 2022, LPFSS 2020, le régime des retraites, la loi de transformation de la fonction publique …) entre notre organisation syndicale et l’Etat ;

– le manque d’attractivité des établissements ;
– la difficulté croissante de recrutement des médecins et des paramédicaux ;

…/…

Acteurs Santé – 26 rue du nouvel hôpital -88100 Saint-Dié-des-Vosges – 06 36 37 01 16 mail : president@acteurs-sante.fr – site : https://acteurs-sante.fr

– la réforme des études d’infirmiers et celle des internes ;
– la volonté affichée de réduire le nombre de titularisation ;
– les conditions de précarités des agents contractuels ;
– les salaires qui stagnent et sont un frein au recrutement ;
– l’absence de reconnaissance de l’engagement des professionnels ;

– l’absence de prise de conscience de l’importance du travail effectué par les cadres de santé ainsi que des responsables d’encadrement indispensable au bon fonctionnement des établissements ;

– les efforts financiers insurmontables demandés aux établissements ; – l’abrogation totale de la T2A ;
– la pression exercée sur les directions d’établissement.

Cette liste est non exhaustive, l’inquiétude est bien réelle concernant le devenir de l’Hôpital Public.

Nous vous demandons d’ouvrir le dialogue sans tarder et t’entendre la voix des professionnels et l’épuisement du terrain.

Merci de bien vouloir transférer ce document à l’ensemble des établissements et de rappeler comme le prévoit la réglementation l’ouverture de négociations.

Action du 14 novembre 2019

Acteurs Santé soutient l’action du 14 novembre 2019 à Paris et encourage ses sections locales à manifester également leur soutien en participant à la manifestation parisienne ou en mettant en place des actions locales.